HOMMAGE A CHRISTINE

J'ai fait de la gym volontaire avec Christine pendant plusieurs années et c'était bien sympathique. Mais elle a dû arrêter pour des raisons professionelles. C'est pour cette raison que j'ai souhaité la remercier (Avec Louisette) en lui préparant ce petit spectacle. Ca remonte déjà à quelques années.


INTRODUCTION

Il faut tout d’abord s’imaginer le décor : la scène se passe dans une école, d’abord dans la cour de récréation, puis dans une salle de classe pour le cours de français ; chaque élève a une ardoise : d’un côté est écrit son nom (soit C, H, R etc. …), de l’autre un beau sourire s’affiche.

En gras : les parties chantées sur des airs connus (A deviner)

En italique, souligné : les explications pour la mise en scène.

LE COURS DE FRANÇAIS

Viens Christine, viens Christine, viens,

On va te présenter, notre cours de français, Oui,

Viens Christine, viens Christine, viens,

Spécialement fait pour toi, j’espère qu’il te plaira.

Une précision toutefois : ça ne se passe pas au pensionnat de Sarlat, non parce que nous : On n’est pas là pour se faire engueuler, on est là plutôt pour rigoler. Nous c’est plutôt : les jolies colonies de vacances, merci Christine, merci la gym, tous les ans on souhaite que ça recommence, oukaï, aï, aïa.

Bon … maintenant, passons aux choses sérieuses : En rang les enfants, et avec le sourire s’il vous plaît. Vous pouvez avancez et vous mettre en ligne ; je vais faire l’appel (A chaque appel retourner l’ardoise du côté de la lettre):

C Présent

H Présent

R Présent

I Présent

S Présent

T Présent

I Présent

N Présent

E Présent

Le cours de français va pouvoir commencer :

C comme « Coucou » Et toutes ensemble, en faisant coucou avec la main : « Coucou nous revoilou »

H comme, « Ha »

Ha, Ha, Ha disaient tes fans, c’est sûr on n’te quittera pas

Ha, Ha, Ha disaient tes fans c’est sûr on n’te quittera pas

On n’te quittera pas comme ça, disaient tes fans

On n’te quittera pas comme ça, on y r’viendra.

R comme « Rigoler ». Tout le monde rigole Faut rigoler tout le monde rigole, faut rigoler tout le monde rigole, pour pas qu’ le ciel nous tombe sur la tête, Faut rigoler tout le monde rigole, faut rigoler tout le monde rigole pour empêcher le ciel de tomber.

I comme « Idole »

Nous on t’appelle l’idole des jeunes,

Avec toi on a rajeunit,

Sauter, bouger, ça fait du bien, à notre corps à notre tête.

S comme « Style » Et quel style ! Parce qu’en plus, on faisait ça en musique ! Elle est pas belle la vie ? Tu comprends maintenant pourquoi, nous les jeunes, on a la santé …

T comme « Toutes».

Toutes, toutes, toutes, on est toutes là ou presque toutes,

Pour te le dire, te le montrer

Qu’on aimait être avec toi pour travailler mais s’amuser,

Se retrouver et papoter,

Toutes, toutes, toutes, toutes on est venue te remercier.

I comme «Hésitante I…, I…, I… comme… Hip Hip Hip ! », et pour Christine toutes ensemble et en levant les bras Hip, hip, hip Hourra, Hip, hip, hip Hourra !

N comme « Non ».

Non rien de rien, non on ne regrette rien,

Ni le bien que t’as fait, ni les gaf’

Ça nous est bien égal.

Non, rien de rien, non on ne regrette rien,

Car la vie, avec toi, c’était bien, dommage que tu t’en vas.

E comme « Heu !…. Heu ! … »Alors le E tu ne sais pas quoi dire ? Euh !... Euh !... E comme « étourdie ». ? Bravo ! Là tu ne t’es pas trompé le « E », Oui car tout peut arriver avec Christine, n’est-ce pas ? Tu te souviens, je pense, il y a eu des lundis brumeux, hum, voir très brumeux, s’agirait-il de lendemains de bringue ? Enfin bref, cela ne nous regarde pas ; mais ces jours là, en tout cas, tu nous en a dis des drôles de choses. Exemple : levez les deux pieds (je lève les deux bras) ! Bizarre, tes pieds sont drôlement placés, mais nous, concrètement, comment on fait ? On marche sur la tête ?... Mais tu l’as compris Christine :

Telle que t’es, tu nous plais, on a fait progrès,

Et on t’aime,

Même avec ton accent, toujours on te comprend,

Oui on t’aime,

Tu es toute fine, et nous un peu plus ronde

Ça nous est bien égal, tout ça c’est bien normal

Tu es jeune, nous bien moins,

On s’en fou, c’est comme ça

C’est un fait, telle que t’es, tu nous plais.

On retourne les ardoises côté sourire et tous ensemble :

Ha, Ha, Ha disent toutes tes fans, c’est dommage que tu t’en vas

Ha, Ha, Ha disent toutes tes fans, c’est dommage que tu t’en vas

C’est dommage que tu t’en vas, on te regrettera

C’est dommage que tu t’en vas mais c’est comme ça.